Bio et Bio-dynamie

 

L’agriculture bio a pour objectif d’établir une production agricole durable, la bio-dynamie affiche une volonté de produire des plantes dites saines.

Nous savons que la principale caractéristique d’une agriculture biologique est l’absence de produits chimiques, d’insecticides, de fongicides dans son élaboration. Le vigneron bio n’utilise que des produits d’origine naturelle, limités en nombre et en quantité, en particulier pour le cuivre.

La viticulture bio demande une grande précision et de la rigueur pour le champagne qui est un vignoble très sensible au mildiou. De ce fait, le producteur utilise le labour qui fortifie les vignes et le palissage qui permet de mieux exposer les branches à la lumière du soleil.

La viticulture biologique en va de même jusqu’à la mise en bouteille.

Au-delà des préoccupations écologiques, le vigneron choisit la culture bio pour obtenir une meilleure définition de saveurs, la plus proche de son  terroir. Une fois en cave, il cherchera à préserver ce qu’il estime être le goût de ce terroir. Il va donc travailler avec des levures indigènes.

Les vignerons bio ont aussi une gestion plus fine du dioxyde de soufre dans le vin. Ils travaillent avec du soufre, mais pas systématiquement et avec des doses bien moindres que celles préconisées par les laboratoires œnologiques.

La bio-dynamie, elle, renforce la vitalité et la résistance des plantes.

Le concept vient de l’Autrichien Rudolf Steiner qui en 1924 proposa cette alternative à des paysans inquiets de voir leurs semences, leurs fruits et légumes détériorés. La viticulture biodynamique est un concept philosophique et anthroposophique car elle mêle écologie et spiritualisme. « Convaincu de l’influence des forces cosmiques et terrestres sur la vie organique de là terre ». « Le milieu sol-vigne-climat est une unique entité pour laquelle l’incidence sur l’un de ces substrats va se manifester directement puisque tout est connecté par l’énergie de l’univers. »

On n’emploie pas d’herbicides et on laisse la végétation entre les rangs de ceps. Avec des excréments d’animaux on élabore des engrais naturels qu’on introduit dans des cornes de vache qui sont enterrées en hiver pour ensuite les dynamiser avec de l’eau et les pulvériser sur le vignoble ou introduites dans le compost. On utilise également des plantes en infusion, des matières minérales comme le quartz pour stimuler la photosynthèse.

Tous les traitements, toutes les préparations, toutes les actions, les applications suivent scrupuleusement le calendrier lunaire et planétaire qui désigne les jours et moments favorables pour planter, tailler, récolter, intervenir.

Les cycles ascendants et descendants influencent les comportements, on connaît le rythme des  marées qui le sont plus connues mais il y a également  les comportements du végétal sans oublier le cycle sidéral qui marque le passage de la lune devant les différentes constellations zodiacales. Un calendrier des semis créé par maria Thun, est indispensable car il détermine les jours favorables  – fruits, fleurs, racines ou feuilles – pour les différents travaux viticoles et agricoles.

Des vignes saines, plus fortes, un travail équilibré pour préserver nos sols et notre santé.